AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Séance un : Contact.

Lucy Cantarella
avatar

Résidente
Modérateen
Résidente♥ Modérateen


Une mèche de couleur sur une tignasse brune-rousse, des yeux vairons verts et ambre, un sucette ou deux à la bouche, un balafre et un air de sale gosse vandale ? Ouais, c'est Lulu.
Je ne sais plus qui je suis.
Féminin Play with friends is funny ! Bad Day

Surnom Surnom : Lulu Lu Lune Rabbit Rab'
Âge du Perso Âge du Perso : 18 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuelle
Admission Admission : 17th August 2009
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Retirée

Teen's Teen's : 6992

Age Age : 22
Messages Messages : 3058
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : 2 passages par semaine minimum.

RP' RP' : Rps de Lulu :
Arrivée
Tendance à chercher la merde
Relations familiales.... Et vestimentaires.
Tendance à faire des blagues stupides
Intérêt psychanalytique nul
Liens avec le passé
Amitié féminine
Angoisses
Les bonnes manières
Toujour sociable et ouvert
Les souvenirs comme les œufs : faut les batture pour que ça prenne forme
Tendence à être aimable
Bien manger, leçon 1
Adotpion d'une boule de poils
Lapin
Dessinez c'est gagné
Ambiance festive
Eau de javelle
Lies et les conneries
Service d'accueil
Admiration pour les mères
Service d'accueil pour camé, bonjour


Réservations :
[*]You ?[/list]

MEDAILLES MEDAILLES :

SECTES SECTES :
De Teenagers des Mangas De l'Art D'écriture Des Sims Des Pâtisseries Du Théâtre Musique Musique Classique Des Bonbons De WOW De la Photographie De la Peinture Du RPG Des Chats Des Animaux Des Sucreries Des Echecs Des Fruits Des Voyages Des Jeux Vidéos De Mozilla Firefox Du Rock De la Lecture De la Playstation Des Sucettes Des Glaces De Link Des Free Hugs Des Ordinateurs

Casier Judiciaire
Avertissement: Aucun
Nombre d'Arrestations: 2
Délits Commis:
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/admissions-f3/cantarella-lucy-en
MessageSujet: Séance un : Contact. Lun 14 Oct 2013 - 0:38

La porte est ouverte.

D'un côté, Anton, il y a toi.

De l'autre, il y a un de tes collègue en treillis qui en a marre et qui le montre. Et à ses côté, il y a une petite perche d'un mètre soixante-douze en salopette en jean et t-shirt noir qui regarde au sol avec une moue patibulaire, les cheveux mal attachés en queue de cheval, parce que décoiffés dans une tentative de course poursuite. Ça saigne un peu à la racine de ses cheveux. La mèche cyan, elle, se barre partout sauf là où elle devrait cacher le visage de Luca. Les mains dans les poches. ces yeux vairons qui fuient.


"Mais qu'est-ce qui t'a pris aussi de te lever et de t'enfuir comme ça !
-...
-Je t'ai dit que j'étais désolé, ok ? J'ai pas fait exprès.
-Ça va j'vous dis !
-Je sais pas comment le Cadet Allen fait pour te supporter !"


Lu se retourne en levant le bras comme pour lui foutre une torgnole, et l'éducateur se retourne presqu'aussi tôt pour faire de même, avec les yeux grands ouvert, l'air de pas vouloir plaisanter. Ils restent un millième de seconde en suspend à se fixer dans les yeux, puis Lulu remets la main dans sa poche et l'éducateur en treillis mets sa main sur son front et soupire.

Pas le droit de frapper.


"Bon je vous laisse le môme Cadet. Bien du courage."

Il pousse Lulu dans la pièce et referme la porte derrière lui. Cette dernière rentre son cou dans ses épaule et voute son dos un peu plus.

Elle avait parfaitement conscience qu'il n'y avait qu'elle pour ralentir et gêner les choses. Parfaitement conscience que la plupart de ces gens ne lui voulaient aucun mal. Parfaitement conscience que dans l'absolu ils ne lui ferraient aucun mal si elle se la fermait un minimum pour les écouter.

Ou pas ?


Ils font mal, sans le vouloir, les grands. Et moi, je suis un grand, une grande ? J'ai toujours eu la suprématie de me sentir plus grand qu'eux, et maintenant, je suis un nuage affable, un noyau de poussière, une pierre de diamant qui se change en glace. Je suis un enfant qui refuse de grandir, qui a aimé et qui aime encore le monde, qui a haï et hais encore le sens dans lequel il tourne. Au point que, lorsque ce mec est venu me cherché, je me suis levé et j'ai tenté de m'enfuir. c'était idiot. Je savais que mon nom était marqué pour cette heure-ci sur le planning. Je savais que je devais me rendre ici il y a une demi-heure. Je savais que c'est moi qui l'avait demandé. Et pourtant je me suis levée, et j'ai commencé à courir. Le mec m'a rattrapé, je me suis débattue, il a attrapé mes cheveux et j'ai tiré pour m'en défaire. J'avais de nouveau 14 ans, et j'étais de nouveau la furie qui refusait d'aller voir le psy.

La furie craintive qui a peur qu'on lui apprenne à aimer le monde tel qu'il est , et tel qu'il tourne. À l’accepter. À y entrer. À oublier. Oublier la rage. Oublier la peur. Être anesthésier, et ne plus faire que manger, sourire, respirer, dire que tout vas bien quand on parle du beau temps et à faire du cynisme sur la misère des autres, à être hypocritement poli avec les inconnus que je sais plus cons que moi.

Afin que mes asociales 155 points de quotient intellectuels reviennent à de sociables et docile 100 points bien rangés au moins pour les relations humaine, il vont pourrir mes pensées en les leurs. Mais ce n'est pas grave. Ce n'est pas censé être grave. Je me sens déjà c****, j'ai l'impression de ne plus rien apprendre, alors autant devenir complètement communiste ! Communiste dans ma tête, et libérale avec les autres. Opportuniste, je vais devenir opportuniste, je vais briser la colonne à mes valeurs, et je vais enfin redescendre sur Terre, ou bien remonter à la surface.

Mais non. Ça c'est me tuer. Anton, ça c'est me tuer. Je retire tout ce que j'ai pu dire. Tout ce que j'ai pu penser. n'entre pas dans ma tête, n'entre pas dans mon cœur, dans mes souvenirs, dans mon avenir, ne me fais pas penser comme tu pense, n'anesthésie pas ma souffrance.... non, je veux sortir, finalement, je ne veux pas que tu me touche à l’intérieur.

Je ne veux pas que la souffrance meurt.

Si ça veut dire tout ça.


Lu regarde le sol. Ses yeux fuient. Encore. Toujours. La fuite. La fuite en avant, en arrière, défonce la porte, enfuis-toi, bordel !

Mais Non. Tu fixes tes pieds et tu attends. Tu ne veux pas t'assoir. Tu ne veux pas être là. Tu ne veux plus jamais.


"Je peux partir ?"

Anton, laisse-moi partir. Finalement je ne veux pas savoir ce que tu peux devenir pour moi. Finalement je ne veux pas te laisser plonger tes yeux dans mes entrailles. Finalement je suis bien seule et folle, et tu es bien dans ton rôle d'inconnu lisse et sans accroche, avec ton sourire qui me fait penser à un salaud.

Elle ne lève pas le regard vers toi. Elle ignore le bien que tu lui veut, le mal que tu vas lui faire, alors par défaut, elle se ferme. En prévision du pire cas possible. Qui es-tu, incconu, qui es-tu ? Elle ne veut pas se poser la question. Lucy Cantarella ne s'est plus jamais posé la question. Ni pour toi ni pour personne.

Depuis un jour où elle a compris que les promesses sont faites pour être brisées.

_________________________
Aimer pardessus tout ?

♪In♫Sane♪
J'ai déconné, mais j'ai pas trop vécu...
Modérateen : une question ? Un problème ? Un p'ti MP par ici !
Anton Russell
avatar

Psychiatrie
※ Psychiatrie




Masculin Rien

Surnom Surnom : Ant, Tony
Âge du Perso Âge du Perso : 28 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuel
Admission Admission : A l'arrivée du corps FAITH
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Accordée

Teen's Teen's : 1654

Messages Messages : 43
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : Aléatoire (actuellement présent)

RP' RP' : Drapeau blanc (terminé)
Intermède musical (sujet libre)
Séance un : Contact (en cours)
La lobotomie transorbitale, y'a qu'ça d'vrai ! (en cours)
Un pied dans la tombe (terminé)

SECTES SECTES :
/
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/t2350-anton-russel
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Mar 22 Oct 2013 - 12:50

Pile ou face ?

La petite pièce de monnaie voltigea un instant dans les airs puis atterrit sur le bureau. Anton ne la regarda même pas. Peu importait le résultat. Lucy allait venir. Ou pas. Mais il préférait penser que d’ici quelques minutes, elle apparaîtrait dans l’embrasure de la porte restée ouverte, en maugréant qu’elle se foutait des horaires et qu’elle était venue uniquement parce qu’elle n’avait rien d’autre à faire. Ceci dit, son retard s’agrandissait de plus en plus. Une demi-heure. Allait-elle vraiment venir ?

Anton avait tout prévu. Surtout au cas où Lucy déciderait de réellement renverser son bureau. Il avait réduit les objets présents dessus au strict minimum, et surtout, il avait ôté les ornements fragiles et autres accessoires superflus. En revanche, il avait un peu peur pour les étagères et les bibliothèques qui longeaient les murs. Mais il avait bon espoir que ce qu’il avait prévu, entreposé dans un grand sac derrière ce même bureau, rende les choses plus faciles. Il avait tout mis en œuvre. Histoire de la mettre en confiance, il avait abandonné l’uniforme militaire pour un jean et une chemise blanche, dont il avait remonté les manches jusqu’aux coudes. Signe de décontraction. Le mot qu’il espérait être maître de cette entrevue avec la vandale.

Des éclats de voix lui parviennent du couloir. Le psychiatre se leva en grommelant. Il avait clairement reconnu l’aboiement de Lucy dans le quasi monologue que menait son collègue. Mais en l’occurrence, c’était la seule présence de ce... collègue, qui l’embêtait au plus haut point. Il n’eut pas à s’en soucier trop longtemps. Celui-ci lui livra Lucy comme un colis express et referma la porte de son bureau. Le psychiatre n’avait même pas eu le temps de parvenir à la moitié de la pièce. Manifestement, le militaire était pressé. Loin de se formaliser du peu de politesse dont il avait fait preuve, Anton se tourna immédiatement vers sa patiente.

Son attitude était en tous points semblable à celle qu’elle avait lorsqu’ils avaient discuté sur la terrasse ; regard fuyant, dos voûté, cou rentré. Depuis, il n’avait plus eu le loisir de la recroiser dans les couloirs. La seule fois où il avait réentendu le nom de Cantarella, c’était lorsqu’il avait accepté le dossier. Et qu’on lui avait adressé des condoléances et avertissements sincères.

« Lucy ! » s’exclame-t-il avec chaleur, son sourire à nouveau collé au visage. « Finalement de voilà. Comment vas-tu ? »

« Je peux partir ? »

Ah... c’est là que ça se corse. Le sourire du psychiatre se figea légèrement. Elle n'avait donc pas envie de venir. Pas du tout. D'où les petites perles grenat qui parsemaient le haut de son cuir chevelu. Bon. Dans ce genre de cas...

« Tu as encore envie de courir ? Parce qu'eux vont te courir après si tu quittes cette pièce. Ce qui serait regrettable pour moi, mais tu te formerais une endurance en béton. De quoi satisfaire ton responsable, vis-à-vis des  cours de remise en forme. »

Il était à nouveau tout sourire, son ton doux et bienveillant. Ne pas se laisser distraire. Il irait jusqu'au bout de sa mise en scène. Contournant son bureau pour rejoindre son fauteuil, il invita Lucy à prendre un siège d'un signe de la main, tandis que l'autre plongeait derrière le meuble pour attraper le fameux sac plastique.

« Allons, assois-toi. Tu prendras bien un verre avec moi avant que l'on n'attaque les choses sérieuses...? »

Et à ces mots, il sortit deux verres et trois bouteilles de jus de fruit, alors que le sac à peine entr'aperçu disparaissait à nouveau derrière le bureau. Si seulement Lucy savait le nombre incalculable de choses que l'on pouvait dénicher dans le réfigirateur de la salle de repos des militaires...

« Alors... orange, pomme ou raisin ? Je peux aussi aller chercher de l'eau... »
Lucy Cantarella
avatar

Résidente
Modérateen
Résidente♥ Modérateen


Une mèche de couleur sur une tignasse brune-rousse, des yeux vairons verts et ambre, un sucette ou deux à la bouche, un balafre et un air de sale gosse vandale ? Ouais, c'est Lulu.
Je ne sais plus qui je suis.
Féminin Play with friends is funny ! Bad Day

Surnom Surnom : Lulu Lu Lune Rabbit Rab'
Âge du Perso Âge du Perso : 18 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuelle
Admission Admission : 17th August 2009
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Retirée

Teen's Teen's : 6992

Age Age : 22
Messages Messages : 3058
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : 2 passages par semaine minimum.

RP' RP' : Rps de Lulu :
Arrivée
Tendance à chercher la merde
Relations familiales.... Et vestimentaires.
Tendance à faire des blagues stupides
Intérêt psychanalytique nul
Liens avec le passé
Amitié féminine
Angoisses
Les bonnes manières
Toujour sociable et ouvert
Les souvenirs comme les œufs : faut les batture pour que ça prenne forme
Tendence à être aimable
Bien manger, leçon 1
Adotpion d'une boule de poils
Lapin
Dessinez c'est gagné
Ambiance festive
Eau de javelle
Lies et les conneries
Service d'accueil
Admiration pour les mères
Service d'accueil pour camé, bonjour


Réservations :
[*]You ?[/list]

MEDAILLES MEDAILLES :

SECTES SECTES :
De Teenagers des Mangas De l'Art D'écriture Des Sims Des Pâtisseries Du Théâtre Musique Musique Classique Des Bonbons De WOW De la Photographie De la Peinture Du RPG Des Chats Des Animaux Des Sucreries Des Echecs Des Fruits Des Voyages Des Jeux Vidéos De Mozilla Firefox Du Rock De la Lecture De la Playstation Des Sucettes Des Glaces De Link Des Free Hugs Des Ordinateurs

Casier Judiciaire
Avertissement: Aucun
Nombre d'Arrestations: 2
Délits Commis:
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/admissions-f3/cantarella-lucy-en
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Jeu 24 Oct 2013 - 1:03

Dès que Lulu entendit l'allusion à la course, elle se mordit les lèvres pour s'empêcher de sourire. Non arrête, c'est pas le moment de plaisanter ! Et pourtant, l'allusion qui lui était faite était une trop grande et trop belle perche pour ne pas la saisir.

"'Savez, ça s'est passé comme ça pendant quatre ans, alors soit Allen doit être super fier de mon électrocardiogramme, soit je meure dans 5 ans !"


Elle leva les yeux, légèrement, voire même timidement... Oui, timidement, c'est dit. Cette antithèse est maintenant possible ! Vers Anton. Soit. Le mec était jovial. Et il était pas prise de tête sur les horaires. Et il plaisantait. Et il était comme un mouton vert au milieu des lamas bleus parmi les foules de médecins du cœur et du cerveau qu'elle avait rencontrés. Un peu plus commun et l'air moins rêche. Par contre toujours aussi irréel au niveau de l'emballage. Ok, un peu cheap comme comparaison. Même un peu sheap.

Gardez ces tomates pour ce soir. Je vous jure que vous allez les adorer farcies.

Donc. Lucy s'assoit en gardant les mains dans les poches, observant l'environnement naturel du Greenus Sheapus. Puis l'espèce en voie d'apparition se change en magicien et fait apparaître dans un tour éclair trois bouteilles de jus de fruit et deux verres. Que Lulu observe un moment avec des yeux mort. Avant de s'exlamer :


"Hey mais l'arnaque, on à plus le droit au jus de fruit nous ! Sers-m'en un raisin tiens pour voir !"


Un point pour le mouton vert prestidigitateur. Lulu failli dire merci, puis se ravisa, préférant ne pas tomber si vite dans le piège : elle se sait faible quand on lui propose du sucre. Denrée rare en ce moment. En trempant ses lèvres dans le liquide, elle continue de regarder le drôle de spécimen qui lui rappelait les banquier ET les saltimbanques à la fois, ce qui était en soit un bien curieux cépage...

Puis son observation minutieuse se détourna sur le bureau. Et il y eu comme un couac.

En temps normal, un bureau était la carte d'identité d'un homme. Plus précis encore que ses empruntes digitales, on pouvait savoir si l'homme qui vous fait face est un professionnel convaincu qui ne veut pas se laisser distraire par des affaires personnelles telles que des photographies de sa fille ou de son chien, ou bien si il considérait la pièce de son lieu de travail comme sa seconde maison, un espace personnel dans lequel il invite un inconnu. De là il est normalement assez facile d'avoir une image générale de la personne qui vous fait face sans même lui adresser la parole.

Petit problème ici. Monsieur a brulé son emprunte digitale. Il n'a pas fait que bien ranger son espace de travail. Il l'a dénudé. Il y avait même des traces de bois plus clair là l'un il y aurait du avoir... Quelque chose sur le coin de la table. Certainement quelque chose de relativement fragile et...

Et m*rde. Il avait compris qu'il fallait prendre l'avertissement de l'autre fois au pied de la lettre. Il avait fait le ménage avant qu'elle ne vienne. L'impression d'être une souris de laboratoire ne fut effacer qu'en regardant les livres sur les étagères. Pour la plupart inconnus et très spécifiques. Disons bien que la jeune femme qui se dénie ne fut que moyennement rassurée..

Et surtout, elle sentait qu'elle s'était faite avoir.



*Bon. Garde ton calme. Anton pas être méchant. Fais-toi une raison. Anton pas psychopathe. Anton pas vouloir te faire lavage de cerveau.*

Rien à faire. Plus elle constatait le niveau de maîtrise de lui-même d'Anton, plus son sourire la faisait flipper.


*Comment je fais pour te lire moi maintenant ?*

Et afin de ne pas paniquer et de profiter vivement de ce verre de raisin, Lulu baissa les yeux et se tourna vers la bibliothèque pour tenter d'en déchiffrer les titre se le potentiel contenu.

"Dis, c'est vraiment obligatoire le Lucy ? Parce que, Lulu c'est bien quoi. Tout le monde m'appelle Lulu."


Sauf lui, et elle, et lui, et cette fille, et ce gars aussi... Mais c'est un détail.

Lucy pinça les lèvres en ramenant le verre à ses lèvres, constatant que le goût sucré du fruit lui avait manqué ces dernières semaines. C'était comme un réveil, un peu âcre et puissant, mais pas désagréable.


"C'est c**, tout le monde se plaint de pas avoir de gniole, mais c'est ça qui manque vraiment. Pourquoi on en a pas en fait ? 'Croyez qu'on peut en retrouver dans la cuisine ?"

Les yeux dans les titres de livres, un dernière tentative de fuite avant le grand plongeon. Testons encore le Gus. Une seconde. Un instant. Une minute.

_________________________
Aimer pardessus tout ?

♪In♫Sane♪
J'ai déconné, mais j'ai pas trop vécu...
Modérateen : une question ? Un problème ? Un p'ti MP par ici !
Anton Russell
avatar

Psychiatrie
※ Psychiatrie




Masculin Rien

Surnom Surnom : Ant, Tony
Âge du Perso Âge du Perso : 28 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuel
Admission Admission : A l'arrivée du corps FAITH
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Accordée

Teen's Teen's : 1654

Messages Messages : 43
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : Aléatoire (actuellement présent)

RP' RP' : Drapeau blanc (terminé)
Intermède musical (sujet libre)
Séance un : Contact (en cours)
La lobotomie transorbitale, y'a qu'ça d'vrai ! (en cours)
Un pied dans la tombe (terminé)

SECTES SECTES :
/
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/t2350-anton-russel
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Ven 25 Oct 2013 - 0:16

Elle était plus à l’aise. Tant mieux. Pour quatre raisons. Un, Anton était heureux quand ses patients étaient heureux. Deux, La pression dans la pièce diminuait progressivement, c’était toujours plus agréable. Trois, cela allait faciliter leurs rapports ; et donc son travail au cours des séances. Quatre... elle avait déjà, sans doute malgré elle, commencé à s’ouvrir. Le psychiatre ouvrit son calepin mental. Physiquement, il risquait de ruiner le peu de chemin déjà parcouru.

Est présente depuis quatre ans.
A toujours refusé de coopérer avec l’autorité en place.
Possède un certain sens de l’humour.
N’est pas réticente à l’établissement d’un contact.


Anton lui servit un verre de jus de raisin et fit de même pour lui, son sourire toujours collé au visage. Puis il avança légèrement la bouteille sur le coin de la table, afin de lui faire comprendre qu’elle pouvait se resservir quand elle voulait. Lucy semblait prise à l’examen de sa bibliothèque. Anton lui souhaitait bien du bonheur. Elle finirait forcément par tomber sur un titre connu – il lisait un peu de tout – mais entre les ouvrages de psychiatries, les romans en français et les précis grammaticaux de chinois... La discussion, quant à elle, semblait orientée vers les jus de fruits.

Anton s’assit calmement dans son fauteuil. Lucy pensait encore retarder l’échéance avant le réel début de la séance ? Navré, mademoiselle Cantarella, malgré tout, mine de rien, elle a déjà commencé. Pas besoin de sortir des feuilles tâchées d’encre et de te demander ce que ça représente pour toi. Tu n’as pas de désordre mental. Juste un problème d’identité. Ce qui nous laisse un vaste champ d’action...

« En ce qui concerne l’alcool, ils n’ont fait qu’appliquer le règlement. Et la loi, accessoirement. Ils ont aussi décidé d’enlever les jus de fruit pour "des raisons de santé". Disons plutôt que mes supérieurs ne vous jugent pas assez matures et responsables pour ne pas essayer de vider le stock de jus d'orange en une nuit... »

L'ironie était nettement perceptible dans la voix du psychiatre. Il reprit.

« En cuisine ? Je ne sais pas. Je n'y ai jamais mis les pieds. Celles-là... » (Il désigna les bouteilles du doigt.) « ... viennent directement de la ville. Livrées aux frais de mes collègues. S'ils savaient quel usage j'en fais... »

Il soupira tragiquement puis posa à nouveaux ses yeux sur Lucy.

« Tu n'aimes pas ton prénom ? Pourtant il est très joli... »

Rien ne lui échappait. La plus petite des remarques, une fois offerte au vent, devenait pour lui un nouveau sujet de discussion...
Lucy Cantarella
avatar

Résidente
Modérateen
Résidente♥ Modérateen


Une mèche de couleur sur une tignasse brune-rousse, des yeux vairons verts et ambre, un sucette ou deux à la bouche, un balafre et un air de sale gosse vandale ? Ouais, c'est Lulu.
Je ne sais plus qui je suis.
Féminin Play with friends is funny ! Bad Day

Surnom Surnom : Lulu Lu Lune Rabbit Rab'
Âge du Perso Âge du Perso : 18 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuelle
Admission Admission : 17th August 2009
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Retirée

Teen's Teen's : 6992

Age Age : 22
Messages Messages : 3058
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : 2 passages par semaine minimum.

RP' RP' : Rps de Lulu :
Arrivée
Tendance à chercher la merde
Relations familiales.... Et vestimentaires.
Tendance à faire des blagues stupides
Intérêt psychanalytique nul
Liens avec le passé
Amitié féminine
Angoisses
Les bonnes manières
Toujour sociable et ouvert
Les souvenirs comme les œufs : faut les batture pour que ça prenne forme
Tendence à être aimable
Bien manger, leçon 1
Adotpion d'une boule de poils
Lapin
Dessinez c'est gagné
Ambiance festive
Eau de javelle
Lies et les conneries
Service d'accueil
Admiration pour les mères
Service d'accueil pour camé, bonjour


Réservations :
[*]You ?[/list]

MEDAILLES MEDAILLES :

SECTES SECTES :
De Teenagers des Mangas De l'Art D'écriture Des Sims Des Pâtisseries Du Théâtre Musique Musique Classique Des Bonbons De WOW De la Photographie De la Peinture Du RPG Des Chats Des Animaux Des Sucreries Des Echecs Des Fruits Des Voyages Des Jeux Vidéos De Mozilla Firefox Du Rock De la Lecture De la Playstation Des Sucettes Des Glaces De Link Des Free Hugs Des Ordinateurs

Casier Judiciaire
Avertissement: Aucun
Nombre d'Arrestations: 2
Délits Commis:
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/admissions-f3/cantarella-lucy-en
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Dim 10 Nov 2013 - 4:00

Lucy regarda son verre et fit taper son ongle dessus pour produire un vague son mélodieux. Tentative dérisoire, pourtant elle réitérera l'opération plusieurs fois pour masquer une nervosité belle et bien présente. Pour remplir un silence supposé qui n'était pas.

"Contente de vous en siffler un peu alors. Pas de mal hein ? Rien de personnel."

Malgré une tentative d'air jovial, la jeune fille se sentie égale à elle-même, incapable de mentir. Pas plus qu'elle ne l'avait fait jusqu'à présent. Se mentir à elle-même lui réclamait peut-être trop d'énergie. Tant et si bien qu'elle fini par fixer son verre en se mordant les lèvres. Légèrement, juste pour ses les pincer. Pensive, elle tordît plusieurs fois la bouche avant d'articuler avec difficulté, mais calme.


"... Je sais que c'est joli. C'est quand-même le nom que m'ont donné mes parents."

C'était sa seule manière d'être rationnelle... Sa seule manière d'attacher ce nom à elle-même. Son seul raccord identitaire. Son fragment de souvenir. Une voix qui lui dit de vivre, à tout prix, alors qu'on prononce son nom. Était-ce imaginé ? Est-ce possible de se souvenir si loin en arrière ?

Lucy arrêta de marquer le tempo sur le verre, et son bras s'affaisse comme pour le reposer. Encore une fois son regard fuit. Son être tout entier soudain se soucie de si il fait beau ou non dehors, si hier était merdique et si demain pouvait l'être encore plus... Mais incapable de se fixer à la réalité.


"Mais. Justement. Pretty, c'est pour les filles."

Elle resta là à fixer sa propre aberration dans la dimension du vide. C'était son seul moyen d'être fort. Équilibré. Mal élevé. Grossier. Lui-même. Son nom d'emprunt lui-même était un hommage, de la part de ses souvenirs d'enfance à l'enfant de onze ans paumée.

"Que pensez-vous... Que penses-tu que soient les filles. Et que penses-tu que soient les femmes..."

Lulu sifflait le jus un peu vite et se réservait calme et en fixant les nectars industriels comme l'ambroisie et l'or fondu, avec la fascination en moins. Visiblement ennuyée par son propre cas clinique, Lulu chercha, chercha le plus qu'elle pu. Elle ne savait pas ce qui était utile ou non. Alors elle déballait tout ce qui passait par sa pensée.  Tout ce qu'elle n'oublie pas. Et c'était bien facile de lui rappeler.


"J'ai jamais du de bons rapport avec elles... Je sais juste que j'en connais pas beaucoup de fortes. De vraiment forte. Mais c'est sans doute le cas des mecs aussi..."

Je ne veux pas être seule. Mais je le suis. Parce que je ne veux pas me donner le droit d'être faible. Alors "Sans contrefaçon, je suis un garçon. Puisqu'il faut choisir..."

Lu sentais sa patience retomber. La fatigue l'avait ammené vers ce bureau, et cette même fatigue allait le conduire hors. Les nerfs à vif, il état étonnant que son état soit encore si vaporeux. Vaporeux, car on pouvait presque passer sa main à travers ce calme brouillard bouillonnant, et constater qu'il n'était rien que du vide.

Lulu en avait conscience.


"Naître femme c'est une corvée."

Il fini son verre. Puis sa voix enrouée fut avalé avec. Ainsi que cet air de rêverie faible. Il était temps de regarder cet homme dans les yeux et de lui dire ses quatre vérités, le convaincre qu'il était un cas plus désespéré que le conflit Israélo-arabe, et lui faire lâcher prise sur son cas... Tout en lui faisant comprendre qu'il n'était pas nécessaire de l'envoyer à l'as il. Puisque c'était ça, le but, au final. Éviter l'asile.

"Je crois qu'aucun garçon, aucun homme, tout au long de sa vie, ne peut comprendre ce que c'est que d'être une fille, un femme, d'être quelqu'un qui veut être libre et en même temps trouve son seul bonheur à être une handicapée affective. Dont la seule vrai passion dans la vie est soit de sauver son monde, soit d'en fabriquer un de toute pièce. Parfois c'est les panda, parfois c'est les petits africains, parfois c'est sa notoriété dans les galas de charité, parfois c'est tout ça à la fois, et le truc indéniable, c'est que si elle je veut pas ça, elle veut soit crever, soit avoir un enfant."[/b\

Le ton était plus affirmé. Sa voix plus grave. Son attitude... Clairement masculine. Sa manière même de se tenir changeait alors. Par des signes imperceptibles, Luca engloutissait Lucy. La cachait au yeux du psychologues aux manches relevées.

[b]"Je dis pas que toutes les femmes ont l'instinct maternel. Mais c'est quand même rare de les voir lâcher prise par rapport à leurs idéaux. Elle veulent toujours croire en quelque chose de grand, de pur... Elles ont toujours mal lorsque quelque chose va de travers, selon leur vision du monde. Quand c'est le bordel dans la maison, quand c'est le bordel dans leur vie, quand c'est le bordel dans le monde, quel crève-cœur.. Incapable d'accepter que Non, le monde est pas innocent, et ne tend pas à s'améliorer, il... Change, simplement. Hasardeuse et sans but. Une femme ça idéalisé tout. C'est l'aboutissement du bourse de grand avec le conte du prince charmant. La rêverie éternelle."


Les mots se déversaient, détraquant de fait au passage de compteur de conneries à la seconde. Le débit de clichés et de généralisations, d'interprétations hâtives, se multipliait. Mais a travers un ramassis de connerie pareille, on entendait que ces reproches n'étaient pas vraiment fait aux femmes. Pas aux femmes aux générale. Cela ressemblait plus à une rancœur personnelle, une expérience vécue, auprès de quelqu'un.


"J'ai pas envie d'y croire, Anton. J'ai pas envie de croire. Ni au prince charmant, ni en Dieu qui sauve, ni en l'altermondialisme et l'ONU ou Green Peace qui va rendre le monde meilleur. Ni de m'inquiéter de si je suis admirable et agréable à regarder, ou si on me trouve assez généreuse pour être digne d'être un être humain."

Et visiblement cette personne...

"Je veux pouvoir me foutre de tout ça."

... N'était nulle autre qu'elle-même.

Il garda les yeux baissés. Puis les redressa sur Anton. Toujours incapable de lire celui qui pouvait la changer, mais pas la comprendre. Toujours à ce demander pourquoi elle n'était déjà pas partie. Pourquoi il n'était déjà pas parti.

"Et pour ça il faudrait que je me laisse dépérir ? Non, non, déconnez pas. Je suis pas une fille. Il faut pas que je sois une fille. Sinon c'est toujours le mélodrame."

_________________________
Aimer pardessus tout ?

♪In♫Sane♪
J'ai déconné, mais j'ai pas trop vécu...
Modérateen : une question ? Un problème ? Un p'ti MP par ici !
Anton Russell
avatar

Psychiatrie
※ Psychiatrie




Masculin Rien

Surnom Surnom : Ant, Tony
Âge du Perso Âge du Perso : 28 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuel
Admission Admission : A l'arrivée du corps FAITH
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Accordée

Teen's Teen's : 1654

Messages Messages : 43
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : Aléatoire (actuellement présent)

RP' RP' : Drapeau blanc (terminé)
Intermède musical (sujet libre)
Séance un : Contact (en cours)
La lobotomie transorbitale, y'a qu'ça d'vrai ! (en cours)
Un pied dans la tombe (terminé)

SECTES SECTES :
/
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/t2350-anton-russel
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Mer 13 Nov 2013 - 0:58

C'était fou. Pas une seule fois il n'eut besoin de la relancer. Pas une seule fois non plus il ne chercha à l'interrompre. C'était beaucoup trop fascinant. Une personne extérieure aurait pu croire que Lucy avait toujours vécu dans un laboratoire où on lui avait bourré la tête de clichés du siècle dernier. Anton aussi aurait pu le croire. S'ils n'étaient pas dans ce bureau. S'il n'y avait pas eu ce dialogue impromptu sur la terrasse. S'il n'y avait pas cette lueur au fond des yeux de la résidente. Lucy parlait d'elle à travers ces mots. C'était un langage à double sens. Et il le comprenait. Malgré cela... encore plus, sans doute... cette transformation. Lente, progressive, mais indéniable. Une masculinisation. C'était le terme exact. Lucy n'était plus une fille... plus une femme. L'image de cet adolescent grandissait au fur et à mesure que ce corps s'affirmait, dans son ton, dans sa voix, dans sa posture. Cette transformation... cette carapace. Ce mécanisme de défense. Ce refus d'elle même.

Voilà. Il tenait le filon.

C'était inespéré, dès la première séance ! N'oublions toutefois pas que c'était elle qui était venue le chercher. Lui demander cette aide qu'il offrait au premier venu. Il espérait ne pas la décevoir. Car il savait désormais où creuser. Comment s'y prendre. Dans un an, extrême maximum, elle serait dehors. Il était prêt à rendre son tablier s'il n'atteignait pas cet objectif. Le psychiatre considérait s'être donné une vaste marge. Un an, c'était si long ! Elle pouvait sortir d'ici six mois sans problème. Neuf si la direction souhaitait voir des preuves dans la durée. Douze... ah, non, pas douze ! Beaucoup, beaucoup, trop. Il serait une vraie loque de ne pas réussir avant. Bon à jeter. En somme, une seule solution : Google Traduction la démission. Mais pas sans avoir auparavant fait des pieds et des mains pour la libération de sa patiente.

Anton se redressa lentement dans son fauteuil. Silencieux. Il joignit les doigts un à un, prenant tout son temps tandis que sa pensée s'organisait. Un sourire amusé... moqueur ? apparut sur ses lèvres. Il était déjà curieux de la réaction de Lucy. Elle allait forcément nier. Présenter des arguments un peu plus crédibles que ceux qu'elle avait exposé juste avant.

Bien que calme, ses yeux brillaient de malice lorsqu'il reprit la parole.

« Tu es Lucy Cantarella. Tu as dix-huit ans. Tu es incarcérée à l'Institut Teenagers depuis quatre ans à cause de l'incompétence du personnel. Ton sexe ? On s'en fout, Lucy, on s'en fout. Tu es née femme. La science te permets désormais d'en changer si tel est ton désir. Mais ça n'a aucun sens. Aujourd'hui, tu n'aimes pas que l'on te voit comme une femme, plus tard tu n'aimeras pas que l'on te voit comme une femme qui a changé de sexe. Homme ou femme, qu'est-ce que c'est, au final ? Des deux côtés il y a eu des résistants, des guerriers, des diplomates, des artistes... tout. Des deux côtés. Alors, surprends-les. Surprends-nous ! »
Lucy Cantarella
avatar

Résidente
Modérateen
Résidente♥ Modérateen


Une mèche de couleur sur une tignasse brune-rousse, des yeux vairons verts et ambre, un sucette ou deux à la bouche, un balafre et un air de sale gosse vandale ? Ouais, c'est Lulu.
Je ne sais plus qui je suis.
Féminin Play with friends is funny ! Bad Day

Surnom Surnom : Lulu Lu Lune Rabbit Rab'
Âge du Perso Âge du Perso : 18 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuelle
Admission Admission : 17th August 2009
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Retirée

Teen's Teen's : 6992

Age Age : 22
Messages Messages : 3058
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : 2 passages par semaine minimum.

RP' RP' : Rps de Lulu :
Arrivée
Tendance à chercher la merde
Relations familiales.... Et vestimentaires.
Tendance à faire des blagues stupides
Intérêt psychanalytique nul
Liens avec le passé
Amitié féminine
Angoisses
Les bonnes manières
Toujour sociable et ouvert
Les souvenirs comme les œufs : faut les batture pour que ça prenne forme
Tendence à être aimable
Bien manger, leçon 1
Adotpion d'une boule de poils
Lapin
Dessinez c'est gagné
Ambiance festive
Eau de javelle
Lies et les conneries
Service d'accueil
Admiration pour les mères
Service d'accueil pour camé, bonjour


Réservations :
[*]You ?[/list]

MEDAILLES MEDAILLES :

SECTES SECTES :
De Teenagers des Mangas De l'Art D'écriture Des Sims Des Pâtisseries Du Théâtre Musique Musique Classique Des Bonbons De WOW De la Photographie De la Peinture Du RPG Des Chats Des Animaux Des Sucreries Des Echecs Des Fruits Des Voyages Des Jeux Vidéos De Mozilla Firefox Du Rock De la Lecture De la Playstation Des Sucettes Des Glaces De Link Des Free Hugs Des Ordinateurs

Casier Judiciaire
Avertissement: Aucun
Nombre d'Arrestations: 2
Délits Commis:
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/admissions-f3/cantarella-lucy-en
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Jeu 14 Nov 2013 - 3:44

Désabusés.

Ces ados qui te sourient, Anton, comme pour se moquer de ta vision saine de leur propre existence, ce son des jeunes désenchantés. Ils ont déchanté. Et il faut bien que ce soit la faute de quelqu'un.

Faute de savoir qui, ils portent la haine envers ce monde. Ce pays et ce monde qui leur ont promis la Liberté la plus totale, le bonheur intégral, et qui leur a juste donner des murs, pour se les prendre en pleine gueule et être enfermé entre quatre. Ils le trouvent cruel ce monde. Et ils pensent avoir découvert la vérité. Ils pensent que ta vision est de surface alors qu'ils ont le vécu, le mal au fond de la peau. Ils ont des œillères, mais pour eux c'est toi qui en porte. Parce qu'ils pensent être libre, alors que toi tu n l'est pas. Libre d'encaisser les coups, libre de consommer les plaisirs que l'existence peut offrir, les illusions, les spasmes, ils sont en attente de l'extase, et ils pensent au toi, tu n'as rien compris.

Anton, tu n'as pas œillère mais tu regarde ailleurs, ailleurs que dans leur sclérale d'horreur qui leur sert de monde. Ailleurs que leur quête de liberté véritable. Parce que tu sais que le bonheur n'est pas là.

C'est pourquoi ils ne peuvent pas concevoir que ce que tu dis est important ou fondamentale, Anton. Parce que pour eux tu es un naïf que la vie n'a pas trop bousculé, quelqu'un qui n'a jamais regardé sous sa table. Quelqu'un qui se rien à son rôle d'imbécile heureux.

Admet que c'est peu, pour toi qui peut changer les cœurs. Toi qui connait toutes les douleurs, même les leurs, mieux qu'ils ne les savent eux-même. Lulu est la même. Lulu est cette même anomalie, ce même rire et ce même regard, qui te dit que tu n'as rien compris.

Il se passe la main dans les cheveux, maculant sa peau et ses doigts de sang, se cheveux se plaquant sur son crâne pour enliser la coulée de liquide. La coulée de pensées. Parce c'était ce qui se passait. L'impudeur façon Cantarella ; dire tout ce qu'on pense. Tout. Peu importe que ça plaise, ou ne concerne personne. Ouvrir ma gueule, fermer la tienne.

Saleté de psy.


"Anton, Anton, Anton. Si c'était si simple, je porterais une robe de princesse pour fêter mes 19 ans en compagnie de Monsieur et Madame Karmel et je fréquenterait des fils de businessmans musiciens cultivés fêtards qui cachent à leurs parents qu'ils ont de la vodka sous les manteaux, je ferais de jolies aquarelle le dimanche après-midi et je participerais activement à l'hypocrisie minable de mon petit univers étriqué de gosse de riche à l'aise avec le fait d'avoir été adoptée pour être la cinquième petite poupée d'une ménopausée."

Essuyer le sang et les idées avec. Essuyer le "le dis pas tout ce que t pense mais pense tout ce que tu dis". Essuie ce qui t’enserre, salies-toi les mains et les bras, pour colorer tes cheveux et cacher tes yeux et ton âme derrière. Tu peux le fixer avec ton oeil d chat, tu ne lui fais pas peur, Lulu. Mais tu y vas quand même. Car il faut bien que cette m*rde dégouline quelque part.

"10 ans que je suis comme ça. Dix ans que ça me convient. Dix ans, c'est pas juste une lubie de petite gamine qui fait a crise d'ado en avance. Ne me faîtes pas croire, pardon, ne me fais pas croire que c'est pas important si tu tiens tant que ça à m'appeler Lucy. Être un mec, c'est ne pas être Karmel. Être un mec, c'est ne pas aimer tout ce qui me tombe sur le coin de la gueule pour éviter que ça me pèse sur la conscience. Être un mec c'est pas m'excuser quand je me tiens mal et quand je parles mal. Être un mec c'est ne pas avoir à..."

... Dire non à la femme de sa vie parce qu'on est tombée amoureuse d'un homme dont on ne sait au final pratiquement plus rien au fil des années.

Lulu s'arrêta en plein vol. Non. Ça, Anton n'avait pas à le savoir. Ce n'était pas ses affaires. Et d'ailleurs ça allait foutre Rose dans la m*rde si il en parlait trop. C'était pas très compliquer de faire le lien entre les deux dossiers, et combien même elle se faisait passer pour un homonyme, la gardienne de nuit ne s'en sortirait pas indemne si il finissait par lâcher qu'elle était encore là, dans sa vie, devant ses yeux, que son Ange pourpre, son As de Trèfle, il lui arrivait d'encore aller la voir, avec plus ou moins d'appréhension, pour être amis, comme avant.

En différent.

Non, ça, Anton ne devait pas le savoir? Combien même il insisterait, combien même c'était peut-être la solution à tout, le cœur du problème et son cœur tout court, il ne dirait rien.

Rose Noctalis devait être morte. Rose Noctalis et Luca Cantarella ne se sont plus vu depuis trois ans et n'entretiennent plus aucunes correspondances. Rose a disparu de la circulation, et Luca l'a oublié.

Le dossier était clos.

Bordel. Bordel de putain de m*rde.

Luca se ferma complètement et mis ses mains dans ses poche avant de s'affaler sur le dossier de sa chaise, donnant successivement le sentiment de faire face à une huître puis à un enfant puni qui veut faire croire qu'il s'en fout. Le nez en l'air et les yeux redevenu fuyants comme à la première minute, le je-m'en-foutisme en plus, il annonça comme un soupire :


"Ça va pas le faire. Votre objectif c'est de me convaincre que je vais bien. Et je considère pas avoir de problèmes considérables. J'ai pas envie de sortir d'ici."

Sa nuque cassée dodeline comme celle d'un enfant qu'on a trainé de force dans les magasins de fringues. Comme nauséeux, Lulu inspire. Garder son calme. Se sortir de ce bordel le plus vite possible, le plus calmement possible. l'objectif était clair et simple.

"Vous pourriez pas juste dire que je vais pas si mal que ça et noter qu'il est inutile de m'envoyer me faire shooter entre quatre murs blancs sans fenêtres ?"

Éviter l'asile. Aucun besoin d'impliquer Kyllian et Rose dans ce bordel.

Bordel. Dans sa tête qui saigne aussi, bordel. Il étai temps de faire le ménage, et c'est pour ça qu'il était là. Mais si Lucy voulait faire l tri, Luca refusait de jeter quoique ce soit. C'était la lutte de l'enfant matérialiste contre l'adulte qui essaye de revenir à l'essentiel.

Mais c'est bien connu : C'est plus facile de céder au caprice que de les combattre de front.


"Anton ? La déontologie, ça t'empêche de me parler de toi ?"

Parce que mes tripes explosent à force de vouloir sortir, mais j'ai pas envie de me retrouver vide, une fois que u les auras ramassées. Je sais bien qu'en vrai, tu peux pas. Mais tu vois, je me sens mal, de te dire ma vie alors que ça grouille à l’intérieur. Ma tête va exploser. J'aimerais savoir c'est qui qui va ramasser les morceaux.

_________________________
Aimer pardessus tout ?

♪In♫Sane♪
J'ai déconné, mais j'ai pas trop vécu...
Modérateen : une question ? Un problème ? Un p'ti MP par ici !
Anton Russell
avatar

Psychiatrie
※ Psychiatrie




Masculin Rien

Surnom Surnom : Ant, Tony
Âge du Perso Âge du Perso : 28 ans
Orientation Orientation : Hétérosexuel
Admission Admission : A l'arrivée du corps FAITH
Autorisé à sortir Autorisé à sortir : Accordée

Teen's Teen's : 1654

Messages Messages : 43
Jeux +16 Jeux +16 : Oui
Disponibilité Disponibilité : Aléatoire (actuellement présent)

RP' RP' : Drapeau blanc (terminé)
Intermède musical (sujet libre)
Séance un : Contact (en cours)
La lobotomie transorbitale, y'a qu'ça d'vrai ! (en cours)
Un pied dans la tombe (terminé)

SECTES SECTES :
/
Voir le profil de l'utilisateur http://teenagers.nightforum.net/t2350-anton-russel
MessageSujet: Re: Séance un : Contact. Lun 2 Déc 2013 - 19:27

Elle idéalisait. Elle idéalisait tout, totalement. Blanc et noir. Jamais de gris. A moins que cela ne soit la continuité des clichés qu'elle venait de débiter mécaniquement. Mais... pourquoi ? Pourquoi ce discours sans queue ni tête, doté du moindre sens, et surtout n'ayant aucun but ? Il était évident que Lucy se faisait une image complètement irréelle des garçons. Avec la l'immensité des caractères visibles dans l'institut, comment pouvait-elle penser que les hommes demeuraient quelque chose de supérieur et semblable à une masse grouillante homogène ? Il y avait ce qu'elle ne disait pas. Et ce que lui non plus n'avait jamais formulé devant la principale concernée. Mais la possibilité qu'elle soit une transgenre prenait toujours plus de place dans l'esprit du psychiatre. Et si c'était réellement le cas ?

Soudain, elle se tut. Sans finir sa phrase. Et elle se referma sur elle-même illico. Ah. Deux hypothèses. Soit la vandale venait de réaliser le burlesque de ses propos, soit elle s'était arrêtée à deux doigts de révéler quelque chose qu'elle refusait de dire au psychiatre. Ou à qui que ce soit. Autrement, dit, elle pouvait très bien s'être stoppée juste avant de révéler ce que son subconscient lui avait soufflé. C'était une des étapes qui intéressait le plus le psychiatre. Le moment où les paroles ne sont plus réfléchies. Malheureusement, Lucy ne reprit pas sa phrase et changea immédiatement de sujet.

Anton la considéra sans piper mot. Puis son regard accrocha une énième fois ce sang barbouillant les cheveux de sa patiente. Il fouilla un instant dans ses poches puis lui tandis un paquet de mouchoirs, ce après quoi il appuya ses coudes sur le bureau pour tranquillement lui faire face. Parfaitement calme et serein.

« Tu n'as pas envie de sortir d'ici, vraiment ? Je ne crois pas que tu m'aies tenu le même discours sur la terrasse, l'autre jour. »

Bien sûr qu'elle ne t'a pas tenu le même discours, pauvre imbécile. Ce n'est pas qu'elle veut rester ici, c'est qu'elle veut éviter l'asile. Cette histoire avait l'air de la travailler. Certes, la vandale avait de sacrées cernes, mais pas de poches sous les yeux. Si jamais insomnies il y avait, alors elles étaient modérées. Tant mieux. Anton préférait éviter à avoir à lui donner des cachets, aussi "inoffensifs" qu'ils soient.

« Lucy... d'ici trois ans, quoi qu'il en soit, tu ne seras plus ici. Alors, où ? Considère que ça fait déjà longtemps que tu ne devrais plus être là. Que crois-tu que les juges vont penser de ton dossier quand ils verront que tu as été enfermée sept ans à l'institut ? C'est simple, ils ne vont pas chercher loin. Instabilité mentale. N'imagine pas un seul instant qu'ils vont te relâcher dans la nature après ces sept années. Quatre se sont déjà écoulées. C'est pour ça que ton dossier est passé du côté des psychiatres. Tu ne peux pas rester ici. Cet endroit est fait pour les gens qui ont de vrais problèmes. »

Elle biaisa par une question. Le psychiatre soupira imperceptiblement.

« Non, bien sûr que non. Mais n'inversons pas totalement les rôles. Disons... une question chacun, sans possibilité de se défiler. »

En somme, tout à y gagner pour le psychiatre qui n'avait rien à cacher mais au contraire tout à découvrir de sa patiente. Cependant, c'était bien mal connaître Anton que de croire que celui-ci allait se satisfaire d'un marché équitable. Le militaire resterait éternellement manipulateur dans ses rapports avec les autres. Démonstration. Anton avança une de ses mains sur la table. Point fermé, ou presque. Seul son auriculaire était déplié.

« Pour être sûr qu'aucun de nous ne se fera roublarder, scellons cela par le Yubikita, veux-tu ? »

Parce qu'il sait.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séance un : Contact.

Séance un : Contact.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» je suis lucie ou plUTOT CERIZ ET JE CHERCHE DES CONTACT MSN
» Ne pas perdre contact (PV : Selena Ewing)
» Le full contact médieval
» D25 - F2L712 Clé de contact et interrupeur de démarrage/préchauffage
» Nuage d'Amour | I'm bad with eye-contact, so I wanna hide || 12 janvier
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teenagers ::  :: ► Bureau du Psychologue-